Back to top

J338 /// Racine de Bouddha

À force d'attendre là, je me demandais s'il allait encore se passer des trucs. Au fur et à mesure des saisons, j'avais vu l’arbre sous lequel je commençais à prendre racine, changer. Il mourrait et revivait sans cesse, signant les cycles de l'impermanence. Et c'était pareil pour moi: à force de méditer, je me sentais à la fois vide, vidé de toute énergie, et grouillant littéralement de vie. Au début, j'avais un peu souffert des genoux, du dos et du ventre, mais j'avais réussi à y mettre fin: il suffisait de ne pas bouger, oubliant alors parfois même que j'avais un corps. Car c'est finalement ce qui me rattachait et raccrochait encore à ce samsara, m'empêchant de fuir vers un nirvana pourtant proche. J'aurais voulu me débarrasser de cette carcasse croulante, ne servant plus que de refuge à quelques insectes, eux mêmes tourmentés par les piafs qui créchaient à l'étage supérieur, à présent à demi végétalisé. Et c'est vrai qu'en cela, j'avais atteint l'exploit de réunir les trois mondes: j'étais devenu un vieux fossile minéral, secondairement colonisé par le végétal, mais gardant néanmoins une pointe de folie animale dans mon regard... enfin, ce qu'il en restait. M'étant ainsi fondu dans le grand tout, seules deux questions encore me tourmentaient: était-ce cela l'illumination ? Et combien de temps allais-je rester dans cet état avant de retourner à la poussière ?

Légende : Portrait du Bouddha en zombie, après une trop longue méditation. Ses cheveux sont colonisés par un arbre symbolisant le Boddhi tree, et un oiseau genre corbeau pour le règne animal

up

Same same but… different