Back to top

J270 /// La limite foutugraphique

Désolé pour mes amis photographes, et parfois même foutugraphes, mais il est temps de disserter (ou pas): la photographie est-elle l'image du pauvre ? Clic clac, c'est dans la boite. Sans rien faire... Bon OK, je suis un brin provocateur sur ce coup là, mais ce n'est pas tant sur ce terrain que je voulais vous amener, mais bien plus sur la pauvreté de celle-ci, pas rapport à d'autres modes de création d'image par exemple, comme le dessin, la peinture, la sculpture etc. Après tout, a-t-on des photos de Dieu ? Du diable ? de créatures diverses et variées, de concept, d'événements improbables, surnaturels ou futuristiques ? Non. La photo est devenue pour moi le parent pauvre des autres modes d'expression visuel, car limitée dans ses possibilités créatrices. On n'est jamais aussi libre que quand on n'a rien entre notre cervelle et le support, et surtout pas des robots, pensés par des mouches savantes, qui ne sont pas parfois elles-mêmes des photographes, mais bien des foutugraphes. C'est pour cela que je ne prends plus trop de photos, autrement que pour le blog, pour des amis ou pour partir en vidéo stop motion. Mais attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: si la photo est limitée comme moyen d'expression, elle demande d'autant plus de prouesses pour arriver à quelque chose d'intéressant ou d'expressif, même si c'est blindé de pixels ^^.

up

Same same but… different