Back to top

J257 /// L'esclave du temps

ILLUSTRATION : Une femme pieds nus essaie d'attraper un angelot (son présent), alors que son passé ou futur la retient en bas: le temps TEXTE : C'est nous. C'est notre faute. C'est à cause de nous, qu'on n'a plus le temps. Il fallait pas l'inviter. Fallait pas l'inventer ! Du coup, nous en sommes les premiers esclaves, et devons le porter avec nous, en nous, à longueur de temps. Et il arrive même à se cacher et à nous le faire perdre, chercher... Ne comptant pas sur lui, mais comptant les heures qu'il nous reste. Avant... quoi ? Avant la nuit. Ainsi donc le temps serait-il naturel ? Serait-il une invention supra-naturel, entre journée, saison et année ? Mais si ce n'était que cela, ça irait encore, ce qui tue, ce sont les secondes inutiles qui tiquent et taclent dans nos têtes, et le poids des années, parce qu'un imbécile a un jour, ou une nuit, décidé de les compter. La belle affaire: il ou elle aurait mieux fait de se casser une jambe au lieu de nous enchaîner au passé et à l'à venir, sans avoir le temps de gérer le présent qui s'envole. Sans prendre le temps de lui arracher ses ailes, une par une, et de se laisser bercer dans cet instant tiède et infini...

up

Same same but… different