Back to top

J232 /// NATURAL BORN ADDICT

J232 /// NATURAL BORN ADDICT
ILLUSTRATION : Un nouveau né sort du ventre de sa mère, une clope à la bouche et un bouteille de vin à la main, devant le regard blazé de sa mère. TEXTE : Ça y est. une fois de plus. Ça fait deux mois exactement... que je me suis débarassé de mes petites putes. Et vous savez quoi ? Non ? Devinez pas ? Bon. Elles ne me manquent même pas. Bien au contraire. Je crois que je n'ai pas passé un jour, ou quasiment, sans me féliciter de les avoir trucidées, découpées en petit bouts... dans la poubelle. Non, même si cet arrêt ne s'est pas passé tout à fait comme cela cette fois, il semble être un des arrêts sans regrets, autrement dit un des arrêts assez longs. Le fait de ne plus fumer non plus de salopes cannabiques rend beaucoup plus simple la tache d'arrêter, puisque, personnellement, c'est ce qui me fait replonger à chaque fois dans cette déchéance à la fois sado-masochiste et esclavagiste. Comme en plus j'ai arrêté l'alcool, cette dernière drogue n'est plus là lors de soirée pour siffler ses petites copines libidineuses, comme elle y était habituée après m'avoir anesthésié la gorge et l'esprit, diminuant ainsi ma volonté. La volonté de tenir à mes propres choix. Intérieurs. Mes vrais choix. Ceux faits dans un état de conscience qui aurait permis de rentrer à l'intérieur de soi et de comprendre que, par nature, on ne se drogue pas, et que, normalement, on ne nait pas une clope au bec et une bouteille en perfusion. J'aime bien. Cet état de naturel, rendant plus simple le ménage que l'on peut faire dans sa vie, dans son mental. Au bout de quelques jours, le goût revient. Au bout de quelques semaines, c'est l'énergie, et avec lui l'enthousiasme, que l'on retrouve tout au long de la journée. Nayant plus à évacuer toutes les toxines que je gobais, je peux dormir un cycle de moins sans être fatigué, et si jamais je ne faisais pas de pauses pendant la journée, je gagnerais encore environ une heure de pauses clopes. Il est
J232 /// NATURAL BORN ADDICT

up

Same same but… different