Back to top

J095 /// Caprice d'Olympia

Ca y est, c'est Noël, et c'est un peu avant l'heure que ma machine à écrire a eu ses cadeaux, qu'elle s'est empressée d'avaler d'un coup de langue râpeuse: des bobines rouge/noir. Faut dire que ça faisait un moment qu'elle me bassinait avec ça, à chaque fois que je lui tapait dessus en fait "et gnin gnin, bla bla...". Du coup, j'ai fini par céder et envoyer au soit-disant père noël sa pauvre lettre baveuse. Je vous dit pas la gueule du gros sac en lisant ces quelques mots "Vous êtes littéralement mon idole. je suis votre plus grande fan. Je veux être comme vous: en rouge, noir et blanc. Plein de bisous bien baveux partout. (signé) Miss Olympia De Luxe" Et voilà: elle fait sa belle maintenant, chantant à qui veut l'entendre que son cœur est proche de celui du père Noël à présent qu'elle arbore les couleurs de son clan. Un délire de plus dans la tête cramée de cette vieille folle, secouée tous les jours par mes doigts, comme des miçro-marteaux imprécis. Enfin ça, c'est pour expliquer le fait qu'elle oublie parfois ou même refuse d'inscrire certaine lettre, me faisant passer aux yeux de mes lecteurs et lectrices pour un demeuré encore pire que celui que je suis. D'autres fois, en revanche, elle se laisse aller au son des clapotis des touches, tels une musique douce et berçante, mes doigts se faisant moins pressant et plus effleurant, l'emmenant vers un abandon total à la suite de ces attouchements sensuellement répétitifs. C'est alors qu'après une espèce de gros soupir biomécanique, comme un soulagement, elle ne répond plus à rien et refuse de nouveau à enfanter quelque mot que ce soit... La garce. C'est alors que je me sens bien malgré moi (quoique) de me tourner vers mes petites putes.

Same same but… different

up

Laisser un commentaire…