Back to top

Manu Larcenet

Manu larcenet, illustrateur

À l'occasion de la sortie du tome 3 de Blast, je fais un billet sur Manu Larcenet. Ça faisait un bout de temps que je devais le faire, tant il est devenu une de mes références en matière d'humour, de Bande dessinée, et même finalement de style de dessins, avec de nombreux dessins en noir et blanc dans les Blast. Je pense qu'il ne cessera de nous étonner par son évolution.

Biographie

Manu Larcenet est un illustrateur, plutôt dessinateur de Bande dessinée. Il découvre vraiment le dessin vers 10 ans avec les dessins d'un cousin qui est aux arts appliqués, et dessine presque tous les jours depuis l'âge de 12 ans, et considère que l'on arrive à une certaine maturité du dessin grâce à ce travail quotidien, tant pour le dessin lui-même que pour l'inspiration. Il n'a pas particulièrement de carnet de croquis où il ferait des recherches ou des portraits par exemple, mais travaille directement sur ses planches de BD.
Le sens de la vis, recherche d'un disciple bouddhiste de faire un rond parfait (entre autre), se retrouve dans ses propos: "ce qui m'intéresse, c'est le chemin", le plaisir du premier jet d'un dessin, mais pas forcément l'album fini, dans lesquels il ne retrouve que les défauts. D'après lui, une œuvre doit si possible améliorer l'artiste et le rendre meilleur; l'art reste un mystère, ce qui le rend fascinant.

La BD comme moyen d'expression

La BD est un véritable moyen d'expression, surtout pour le garçon timide qu'il était, avec une obsession de la mort qui ne l'a pas quitté. L'art du dessin n'est pas forcément un exutoire, mais lui procure au moins un temps qu'il apprécie. 20 ans de psychanalyse lui "ont sauvé la vie" d'un désespoir quotidien entrecoupé de crises d'angoisse, exprimées à travers des dessins et rapidement à travers des bandes dessinées.

Fluide Glacial

Manu Larcenet a fait ses armes chez Fluide Glacial aux début des années 90, véritable formation accélérée. C'est l'époque de Bill Baroud et de la possibilité de vivre de la Bande dessinée, sans s'encombrer de graphisme ou du coté commercial ou publicitaire de certaines illustrations... L'humour permet de parler de sujets qui ne prête pas à rire, et c'est justement là qu'il fonctionne bien.

Le combat ordinaire

Suite à la fin de sa collaboration avec Fluide Glacial et des années de planches sensées être humoristiques, Manu Larcenet a envie d'autre chose, et transcrit une partie de la vie qui l'entoure à travers Le combat ordinaire, avec un dessin plus approfondi, mais surtout une histoire moins drôle, d'un photographe qui se cherche, entre fin des usines, montée du Front national, et relations avec un père qui a fait la guerre d'Algérie, sans oser en parler. La mort de son propre père se retrouve dans cette BD.

Le retour à la terre

En parallèle, il transcrit son retour à la campagne lyonnaise, accompagnant sa compagne vétérinaire, s'éloignant ainsi d'une banlieue qu'il ne regrette pas. Il dépeint de manière humoristique les joies (ou pas) de la campagne, monde nouveau s'offrant à lui.

Blast: autobiographie ?

Suite à la description et au suivi du personnage du combat ordinaire, Manu Larcenet s'intéresse à décrire la vrai noirceur d'un personnage dans Blast, noirceur qu'il a connu lui-même d'assez près ("j'aime bien quand on parle des choses qu'on connaît"), comme la violence que l'on peut retrouver dans la rue par exemple. C'est aussi sa propre analyse du monde moderne, qu'il a parfois du mal à supporter, s'en échappant parfois grâce aux produits illicites, qu'il n'utilise en revanche jamais pour le dessin. Blast est un gros projet (4 volumes de 200 pages) qui nécessite du temps et une certaine maîtrise à la fois dans l'artistique et dans l'écriture, de même qu'une certaine difficulté à se replonger et revivre certaines émotions comme le désespoir ou les crises d'angoisse, mais c'est un retour sur lui-même qu'il juge nécessaire, et mature à ce moment de sa vie.
Manu Larcenet a déclaré à RFI qu'il allait lui-même adapter la série Blast en long métrage.

Source: Interview de France inter

Same same but… different

up

Laisser un commentaire…