Back to top

J189 /// Le mégalopossible

Comme le racontait Jean Pierre Dionnet sur une interview de France Culture à propos de Moebius (encore lui), "Il voulait être le plus grand". Et je me rappelle d'une interview où Moebius disait qu'il fallait croire en soi, croire en son dessin, même si l'autocritique était aussi essentielle. Et c'est en cela je trouve qu'un artiste se doit d'avoir une part de mégalomanie, sans pour autant se prendre pour une star ou oublier de faire son autocritique, il est quand même intéressant de croire que tout est possible, et que, si l'on s'en donne les moyens, ce qui signifie souvent passer du temps sur un dessin ou une oeuvre en général, alors on peut réussir à s'étonner soi-même et les autres également. Bien sûr, il y a l'idée, qui est de génie ou pas, mais la mise en oeuvre -et c'est le cas de le dire-, est tout aussi importante. On peut rester bouche bée devant des gravures de Gustave Doré ou autre, sans pour autant que la scène ou l'idée de la scène soit exceptionnelle. Mais le détail, la finesse, l'élégance sont là. Après, bien sûr, si on bosse au lance pierre pour des journaux satiriques, on peut faire des trucs un peu plus à l'arrache dans la forme, et récléchir davantage au fond, à l'idée, mais si l'on veut laisser une trace et impressionner, on doit à mon avis passer un certains temps sur une oeuvre, dont la taille sera suffisante pour y mettre du détail, du réel, des échapatoires à l'oeil curieux, au autre que le sujet principal. Il me semble qu'Odö peut passer un mois sur un dessin. Je me demande souvent combien de temps Moebius a passé sur la Déviation ou le premier Arzach, avant de devenir "le roi" comme dit Dionnet... the king of the world...

up

Same same but… different