Back to top

J119 /// Étrange étranger

Étrange. Le matin, s'il me vient à me regarder dans la glace, je vois comme une autre personne, et cela ne fait que s'accentuer au fur et à mesure de la pousse sasabudique. Je ne m'habitue pas à ces imperceptibles changements, perceptibles davantage par les personnes qui ne me voient que quelques fois dans le mois, mais à la fois invisibles et incessant quand on se voit souvent (même si je ne me regarde que rarement). Lorsque je fais les autoportraits quotidiens, il m'arrive parfois de me dire, obnubilé par l'image du petit écran, "tiens, ça a poussé quand même"· Les cheveux commencent à pousser (enfin), et me protègent davantage par ce temps frigorifique. Si on pouvait, on devrait se laisser pousser tous les poils l'hiver pour qu'il tombent au printemps, un peu comme nos clebs ou nos chat avec leur mues naturelles. Encore la confirmation que l'humain n'est pas adapté à vivre dans des contrées autres que sous les tropiques, dont il est du reste sans doute originaire, comme les grands singes. Dans le cas d'une pousse hivernale du poils, tout 1e monde vivrait ce que sasabudi me fait vivre aujourd'hui. Sauf qu'on y serait sans doute habitué, à force, et que l'on aurait l'habitude de se voir et donc de se reconnaître en se croisant en plein hiver, ou en été. Ca devait être un peu comme ça quand nous n'étions encore que des singes doués d'intelligence. Maintenant, nous ne sommes pour ainsi dire plus des singes, mais ne sommes pas devenus si intelligents pour autant, ou en tous les cas pas si évolués que cela. Sinon pourquoi continuer à s'auto-détruire, à se faire la guerre et à ne pas reconnaître en l'autre le barbu que nous pourrions être ?

up

Same same but… different