Back to top

J188 /// Destination & chemin

Hier je me suis pris le "Bio contact" à l'Epicerie verte. C'est pas pour faire de la pub, hein, en particulier pour cette feuille de choux, que je trouve toujours blindée à outrance de pub. Bref, je l'ai pris car c'était un spécial Japon; et rien que l'édito vaut le coup et remet les points sur les i, en citant Lao-Tseu: "Le bonheur n'est pas une destination, c'est une façon de voyager". Ça fait un bel écho à mon billet d'hier que j'ai tapé juste avant de lire ça. Autrement dit, l'important n'est pas le but, l'objectif, ou le sommet de la montagne, mais le chemin que l'on empruntera pour y parvenir. Dans le voyage comme dans tout, ce proverbe est applicable: notamment dans les arts. L'important n'est pas forcément que mon oeuvre soit absolument réussi, pourvu que son accomplissement m'ait fait progresser, m'ait apporté une certaine plénitude ou autre. Idem aussi pour la musique, par ex.: même s'il est important que le final ne soit pas cacophonique, l'important n'est-il pas plus l'expérimentation associée aux liens qu'elle aura suscités ? Bref, pour en revenir à l'édito, Jean-Pierre Camo y rappelle que les occidentaux s'intéressent en général au but seulement, en recherchant économie d'argent de temps, et d'effort, contrairement aux orientaux, pour lesquels l'objectif à atteindre est considéré comme un simple prétexte à accomplir une action, s'épargnant en même temps le risque de frustration une fois cet objectif atteint (ou pas). On le retrouve ce principe dans les estampes japonaises, dans lesquelles il n'est pas recherché une représentation la plus fidèle du réel par ex., mais où le plus important est le fait même de créer l'estampe, et ce que cela procure au créateur. Ainsi peut-on se fixer des buts, mais en ayant en tête non pas forcément le but lui

up

Same same but… different